Actuellement en tournée des églises, Luc Arbogast a enchanté l’église d’Ostwald et donné le coup d’envoi au marché de Noel.

Luc Arbogast est actuellement en tournée des églises, comme chaque fin d’année. Il était de passage à Ostwald pour donner le coup d’envoi du marché de Noel, et aussi pour se produire en concert à l’église catholique de la ville avec son spectacle “Ab Origine Fidelis”. Retour sur la soirée.

Luc Arbogast arrive, entouré par ses deux musiciens: l’un à la flûte, l’autre aux percussions . S’installant derrière son orgue, il débute son récital par un moment intimiste, au milieu d’une scène baignée par des lumières bleues. Il poursuit avec un titre où un garçon convoite une jeune fille, chose qui ne se font plus de nos jours. Il se montre très spirituel avec son bouzouki. Il touche les spectateurs à travers une prestation habitée et très vocale. De ce côté-là, il peut tout faire entre descendre très bas et monter dans des hauts aigus.
L’artiste nous entraîne ensuite en Afrique avec une chanson nommée “Marrakech” et invite le public à participer. Si le public met un temps pour se réveiller, c’est pour ensuite se mélanger à cette bonne ambiance et danser sur ces chants traditionnels qui nous invitent au voyage. Luc Arbogast passe souvent dans les allées de l’église afin de pousser le public ou de capter son énergie.
Il se confie ensuite sur sa nostalgie de l’enfance et chante le titre “Où sont les enfants” qui parle d’une jeunesse appartenant au passé. Ce texte est sincère et reflète une triste réalité sur les temps qui changent. L’artiste demande ensuite la participation du public pour faire le bruit des cigales.
Le chanteur invite le public à se retourner pour jouer le remake de son audition à l’aveugle de The Voice, télé-crochet qui l’a révélé au grand public en 2013. Le musicien n’hésite pas à évoquer sa déception auprès du monde parisien et du Showbiz. Afin de mettre à nouveau l’ambiance, il entame une musique plus celtique et invite des spectateurs pour une farandole à travers les allées de l’église. Peu importe ses dérives musicales, l’esprit médiéval reste là et illumine chaque esprit présent. Après un rappel, il termine en douceur avec un dernier chant en fermant les yeux et se laisser aller afin de finir le voyage en donnant d’abord la voix aux hommes, puis aux femmes, avant la grande communion vocale.

En résumé, Luc Arbogast est un artiste unique. Sa voix singulière touche par une technique impressionnante et la découverte d’une autre époque est un véritable voyage. Spontané et proche du public, le troubadour attire les gens et ce n’est pas pour rien.

Facebook 24 Google+ 0 Linkedin 0 Mail