En attendant la sortie de son premier album, Naya s’est confiée sur Music Shaker concernant son nouveau single. Rencontre.

À l’occasion de la sortie de son nouveau single ”Girl On the Moon”, Naya a répondu à mes questions en évoquant ainsi son premier album à revenir, ses souvenirs de The Voice Kids, etc…

Bonjour Naya , tu viens de sortir ton nouveau clip ”Girl On the Moon” , mais tout d’abord, comment vas-tu?

Je vais très bien.

Nous t’avons découverte dans The Voice Kids, quels souvenirs gardes-tu de l’émission?

C’était en 2014 et j’en garde un très bon souvenir. C’était une très bonne expérience et m’a toute première à la télé. C’était assez incroyable de m’être retrouvée en finale, devant huit millions de téléspectateurs, surtout à quatorze ans . C’est incroyable comme expérience à vivre et j’en garde un très bon souvenir.

Effectivement, ça remonte un peu, peux-tu rappeler dans quelle équipe tu étais?

J’étais dans l’équipe de Garou. Il est vraiment très sympa.

Tu étais très discrète dans l’émission et peu de personnes se souviennent de toi et aujourd’hui, tu brilles par ton talent, est-ce une fierté pour toi?

J’étais en compétition avec d’autres artistes. J’avais une forte personnalité, avec un style très personnel. Aujourd’hui, c’est une fierté de pouvoir présenter mon projet. Je reste quand même en contact avec d’autres artistes de la finale, notamment Paul et Némo qui sont venus me voir en concert. On en parle souvent et eux aussi, continuent la musique. Ils sont fiers de moi et c’est réciproque, au fait, on se soutient. On garde vraiment de bons rapports.

On pourrait pourtant croire qu’il y a un esprit de compétition, surtout dans une grande émission comme celle-ci, idem pour les adultes, même si l’ambiance est aussi bonne.

C’est peut-être différent pour eux et ça je ne sais pas vu que n’y suis pas. Concernant la version enfant, on est vraiment très bien entourés et on s’entendait bien.

Tu as publié ton premier EP “Blossom” au printemps dernier, peux-tu me le présenter?

Il s’apelle “Blossom” ce qui signifie “éclosion” en anglais. C’est un peu ma naissance en tant qu’artiste, ainsi que mes premiers pas. C’est un EP de présentation en attendant l’album qui sortira cette année. Il est plus en anglais car j’ai des influences anglo-saxonnes. C’est plus naturel pour moi de m’exprimer dans cette langue. On y retrouve des influences folk comme “Jukebox” qui est en guitare-voix. Après il a y des morceaux un peu plus électro comme ”Girl On the Moon”. J’essaye de mélanger un peu plusieurs styles que j’écoute en ce moment, folk, électro, voir même de l’urbain, mais c’est à venir pour l’album.

Tu prépares justement ton premier album, en quoi sera-t-il différent de “Blossom”?

Il va être le prolongement de “Blossom”. J’ai évolué, et même dans ce que j’écoute, mes influences évoluent. J’écoute de l’urbain et de l’électro, mais je vais garder ce style folk, guitare-voix. Cependant, je pense qu’il y aura quand même plus de sonorités électroniques.

Tu évoquais sa sortie, as-tu une idée de sa période de sortie?

Plutôt pour le printemps, avant l’été.

Pour l’heure, ton actualité est la sortie de ton nouveau single “Girl On The Moon”, peux-tu me le présenter?

Il s’agit du second single extrait de mon EP. Il parle d’une jeune femme fille qui n’a pas su trouver sa place sur la Terre et qui a décidé d’aller vivre sur la Lune. C’est un personnage que j’ai inventé. Onirique et mystérieux, ce petit personnage nous observe depuis la Lune. Au fait, tout le monde cherche à l’apercevoir ou lui parler et personne ne peut. Le titre retrace la vie de ce personnage.

Très sympa comme idée (rires), peux-tu revenir sur le tournage du clip qui l’accompagne?

Nous l’avons tourné avec deux réalisateurs, en Camargue, du côté de Montpellier. Il a été tourné en plusieurs jours. On se levait très tôt le matin, par rapport à l’esprit de la chanson, pour avoir cette luminosité et contraster avec les dessins qui illuminent l’image qui sont très blancs. Je suis contente du résultat et d’avoir justement cette animation car ça illustre bien les paroles de la chanson. J’ai choisi tout ça car c’est mon projet.

Tu as donc une liberté dans tes choix?

Oui, car c’est mon projet. Après nous sommes une équipe, mais je décide ma musique, les clips que j’ai envie de présenter au public, et ceux malgré mon âge (sourire). L’équipe me propose, on en parle, mais je garde la décision finale.

Parlons un peu scène, Tu t’es produite en première partie de Jain qui a aujourd’hui une carrière internationale, rêves-tu aussi de dépasser les frontières?

Evidemment! Déjà la France, mais comme je chante en anglais, c’est peut-être plus facile. J’ai toujours été passionnée par les voyages et ça serait une chance incroyable de pouvoir voyager grâce à son métier et à la musique. Se produire dans d’autres pays reste un rêve. Je suis déjà fière de pouvoir jouer en France et c’est vrai qu’on ne sait jamais l’ampleur que ça peut prendre. Faire ce métier, c’est aussi avoir un contact avec le public et il y a rien de mieux que de se produire devant lui pour voir ce qu’il pense et si les morceaux prennent bien en live.

Concernant international, je pense que ton style pourrait plaire en Allemagne, je vis à côté et ton style pourrait les séduire. 

C’est vrai? (sourire). On a déjà beaucoup de retour de l’Allemagne, en effet. Je pense que ça sera sans doute le premier pays où je m’exporterai, on a déjà eu des propositions.

Ben voilà (sourire), où pourra-t-on te retrouver sur scène prochainement?

J’ai joué à la Maroquinerie, en première partie de Son Little. Après, je ne peux pas vraiment dire de dates, car la tournée viendra avec la sortie de l’album, au printemps. On pourra forcément retrouver les dates sur les réseaux sociaux. Il y aura aussi des plateaux radios, mais tout viendra en même temps que l’album.

Venant de The Voice Kids et étant un très jeune talent de la scène française, pourquoi ne t’a-t-on pas retrouvé sur les Enfoirés Kids?

Je ne sais pas pourquoi, mais je fais mon projet musical. Je connais beaucoup de monde qui a participé à ce concert mais ce n’est pas dans mes projets de faire ce genre de choses pour le moment. Je préfère me concentrer sur mon projet solo et mon album à venir. Peut-être plus tard.

Tu es sur Music Shaker, on shake la musique, peux-tu me citer trois titres que tu écoutes beaucoup en ce moment de trois styles différents ?

J’écoute énormément “Don’t Kill My Vibe” de Sigrid, ça donne bien la pêche le matin. Ensuite “Perfume” de Rag’n’Bone Man. Je l’ai vu dernièrement en concert à Paris et c’est vraiment très très bon. En troisième, je dirais “Chateau” d’Angus & Julia Stone, du folk comme j’aime.

Question d’actualité : Nous venons de perdre Johnny Hallyday, quels sont tes souvenirs de l’artiste et que représentait-il pour toi?

Ce n’est pas vraiment ma culture musicale car on a beaucoup de CD de chansons anglaises à la maison. Après, ça m’a beaucoup touché car Johnny, ça reste Johnny. Son hommage était hyper émouvant. Dans la famille, on en a beaucoup parlé car ça reste plus important pour eux. Ce n’est pas l’artiste que j’ai le plus écouté mais ça reste un monument incroyable dans la musique française. Je respecte son immense carrière.

Quelle est la question que l’on ne t’a jamais posée en interview, et à laquelle tu aurais aimé répondre ?

(rire) Ah, c’est compliqué comme question. On me la pose pas beaucoup car on s’intéresse à la musique mais j’aime parler de nourriture car c’est très important pour moi (rire). Au fait, j’aime beaucoup aller dans les restaurants.

Que puis-je te souhaiter pour la suite?

De faire beaucoup de concerts.

Pour finir, as-tu un message à transmettre à ton public? 

Merci d’avoir lu l’interview et puis très bonne année 2018 à tous.

Merci à Naya pour sa grande sympathie lors de cette interview et à l’agence Rise Up. Redécouvrez le clip de “Girl On The Moon”, extrait de l’EP “Blossom”.

 

 

 

 

 

 

Facebook 31 Google+ 0 Linkedin 0 Mail