Après avoir présenté le clip “Je serai là”, Sonia Lacen a répondu à mes questions. Interview.

Sonia Lacen a répondu à mes questions pour Music Shaker. Retour sur son nouveau single “Je serai là”, son album “Vol SL01” et ses projets.

Bonjour Sonia, tu publieras bientôt ton nouvel album “Vol SL01” , comment vas-tu?

(enjouée) Je vais très bien avec l’arrivée des beaux jours et la sortie de l’album. C’est une période très excitante et bien sympathique que je suis en train de vivre.

Ton nouvel album “Vol SL01” sortira cet été, peux-tu nous en dire plus?

Cet album présentera les chansons que j’aime et qui m’ont fait grandir. On y trouve des artistes complètement différents qui montrent mon éclectisme. Il a été arrangé dans les sons que j’aime et qui m’ont toujours attirée. Les sons sont plutôt rétro et urbains, c’est à la fois contradictoire et intéressant. C’est un peu le résumé de ma vie de globe-trotteur et d’électron libre car j’ai énormément voyagé tout au long de ma vie. Il a été produit par Corneille et Paco.

Il s’agit d’un disque de reprises, pourquoi ce choix?

Il y a une seule composition originale à l’intérieur. J’ai fait cet album de reprises afin de ne pas mettre la charrue avant les bœufs et de me présenter en disant ce que j’ai écouté dans mon enfance, comment j’ai grandi, la musique que j’aime, montrer qu’il n’y a pas de frontière et de grand écart entre les artistes et au niveau générationnel. La composition est là pour dire “Voilà, vous savez maintenant qui je suis, ce que j’aime, voilà le genre de musique qui viendra plus tard pour mon prochain album de création.

Tu avais déjà sorti un album il y a longtemps, quel regard as-tu sur tout ce qui c’est passé pour toi entre temps?

Mon premier album avait été fait dans des circonstances particulières. J’ai nommé mon nouvel album “Vol SL01”, parce qu’il s’agit réellement de mon premier album. Le premier était sorti en 2002 avec Universal Music, j’avais commencé à le faire en 98, puis est venu “Ali Baba” (ndlr comédie musicale à laquelle elle a participé) est venu entre-temps, puis la BO du film “Alive”. J’étais toujours sur plein de projets à droite et à gauche et l’album s’est fait de manière décousue. À l’époque, je n’écrivais et ne composais pas , je n’étais pas assez investie car j’étais très jeune. J’ai posé ma voix sur des titres que je trouvais adorables et que j’aimais, là, réellement, c’est mon premier album car j’ai tout eu dans les mains. J’ai crée de A à Z et nous avons beaucoup recherché pour faire des arrangements et autre. C’est vraiment mon projet.
Mon regard sur tout ce qui c’est passé me dit que je suis pourrie gâtée par la vie depuis toujours. C’est la vérité car j’ai vécue beaucoup de choses à travers la musique et les voyages. C’est une une chance extraordinaire dans le sens où ce n’est pas ordinaire. Aujourd’hui, j’ai voulu revenir dans la musique, depuis 2012 et mon passage dans The Voice, toutes les portes s’ouvrent et les choses se passent mieux que ce que j’aurais souhaité. J’espérais même pas de tout ce qui m’arrive.

The Voice est un bon tremplin, as-tu encore beaucoup de souvenirs de l’émission? Bien que ça ne fasse pas dix ans (rire).

(rire) Mais ça passe super vite car mine de rien, ç’a fait déjà quatre ans. Mes fans me le rappellent. J’en garde un très bon souvenir. Je ne le regarde pas car je regarde très peu la télé. Il m’arrive de tomber dessus quand je vais dans ma famille car ils adorent l’émission et la suivent. Je suis souvent amené à des émotions comme trembler en voyant une battle car je m’y vois encore. C’était une superbe expérience.

Dans “Les chansons d’abord”, tu as vu de nombreux artistes venir sur le plateau, lesquels t’ont le plus marqués?

Corneille car c’est à ce moment là que je l’ai rencontré. C’était adorable, il était venu sur “Les chansons d’abord” et m’avait demandé de faire les chœurs sur un de ses titres, du coup, on a passé un peu de temps ensemble. On a pu échanger, je lui avais dit que j’aimais beaucoup son univers et son écriture. On s’échangeait des compliments et c’est de là que l’aventure est partie. Après, il y en a d’autres qui m’ont marqué. Je me souviens quand Pascal Obispo est arrivé, je ne l’avais plus revu depuis l’époque des comédies musicales, moi j’étais sur Ali Baba, lui sur les dix Commandements. J’avais fait “Noel Ensemble” pour le Sidaction avec lui, ça faisait 14 ans que je ne l’avais pas revu, ça m’avait touchée de le revoir. J’étais très touchée par Adamo également, il est vraiment humble avec une grande carrière comme il a.

Tu as récemment présenter le clip de “Je serais là”, la vidéo est chorégraphiée, as-tu envie de mettre plus de danse dans tes vidéos?

Oui car j’adore la danse. J’adore l’univers de Marion Motin car elle transcende la danse et on est vraiment dans l’expression corporelle. J’aime tout ce qui est dans l’émotion donc j’aime l’idée d’avoir un danseur qui soit comme un personnage qui est une entité et qui soit là. Pour un prochain clip, je pense pouvoir le refaire. J’aimerais avoir à nouveau un personnage comme ça qui traduit une émotion avec son corps.

La danse est très présente en ce moment dans les clips, on le constate notamment avec Christine And The Queens.

Aujourd’hui, l’image et le son sont indissociable. Le visuel est très important. On a énormément de talent, je trouve qu’en ce moment, plus qu’il y a quelques années, la France est en pleine ébullition artistique. Que ce soit au niveau de la danse ou du chant, même pour les musiciens, on est en train de se révéler. Il y a plus de classe que d’habitude.

Parlant de danse, serais-tu tentée par “Danse avec les stars 7”?

(rire) Bien sûr que je serai tentée car je regarde et j’adore l’émission.

C’est le moment des castings, donc nous pouvons lancer un appel (rire)

Sérieusement, ça serait une bonne idée. J’aime beaucoup le côté danse et l’esprit de troupe.

Tu as tout vécu entre comédie musicale, télé-crochet et j’en passe, dans quelle catégorie t’es-tu le plus sentie toi -même?

Je suis moi-même dans tout ce que je fais, je ne pourrais pas faire quelque chose que je n’aime pas car ça me demanderait de me travestir et ça je ne le ferai pas. Je ne fais pas de compromis et je ne me verrais pas faire des choses à contre-cœur. Je me suis sentie moi-même sur tout ce que j’ai pu faire. D’ailleurs sur “Thérèse, vivre d’amour” qu’on a fait avec Natasha St Pier, c’était assez surprenant par rapport à ce que je faisais d’habitude. Au début, je n’étais sûre et lorsque j’ai écouté les chansons, j’étais convaincue. Ce qui m’a également touchée, c’est la tournée avec Florence Foresti. C’est là que je m’étais sentie le mieux et lâchée le plus sur scène car c’est quelqu’un que j’adore. J’étais honorée et flattée, elle m’a vachement mise en valeur sur le tableau sur lequel j’apparaissais. Toutes les conditions étaient réunies pour que je puisse me régaler et passer des moments magiques.

J’avais même oublié ces moments tellement tu as fait des choses différentes. (rire)

(rire) Je te l’ai dit, j’ai beaucoup de chance.

Il ne te manque plus que Danse Avec les Stars, ça rentre dans la lignée des choses différentes (rire)

Prochaine étape: Danse avec les stars et disque de platine et je peux mourir (rire)

En parlant de disque de platine, revenons à ton album, son nom est “Vol SL01” ça veut dire qu’un second sortira, as-tu déjà une idée de la suite?

J’y pense. Avec Paco, on écrit et compose toujours ensemble. On a déjà une idée pour le prochain mais ça reste prématuré.

Avant la publication de “Vol SL01”, sortira-tu un nouvel extrait?

Bien sûr, je prévois un second extrait.

Peux-tu en dire en plus?

Oui, il sera plus urbain que le premier.

(chuchotement) C’est une reprise de qui?

(rire) Je ne peux pas le dire. C’est encore un peu tôt mais ça va arriver très vite.

Une tournée est-elle programmée?

J’espère bien. On est déjà en train d’y réfléchir. Paco est vraiment mon associé et co-réalisateur de mon album. On recherche des gens dans notre formation pour un spectacle assez intime et chaleureux pour le présenter dans des petites salles.

Tu fais de nombreux plateaux-radios en ce moment.

Oui, on en fait beaucoup. C’est génial d’avoir l’opportunité de pouvoir faire découvrir les titres de façons différentes. On est souvent avec Paco qui est à la guitare pour des duos guitare-voix, pour présenter des titres de l’album. C’est très intéressant je trouve de pouvoir présenter les titres de cette manière.

En y pensant, les plateaux-radios ont un peu remplacé les plateaux-télé.

Oui c’est vrai. Il y a de moins en moins de plateaux variétés. Les radios sont très inspirées, je prends l’exemple d’RFM ou j’ai fait les “RFM Live”. C’était très sympa.

Question spéciale, tu es sur Music Shaker, on shake la musique, peux-tu me citer trois titres que tu écoutes beaucoup en ce moment de trois styles différents?

“Paradis Perdu” de Christine And The Queens, “Sail” de Awolnation et un troisième dans un autre registre (elle cherche un peu) “Old 45’s” de Chromeo. J’aime beaucoup découvrir des sons et je Shazam à longueur de journées, les films, les séries, les musiques…J’écoute souvent des titres pas très commerciaux.

Je suis un peu idem mais plus dans le domaine de l’électro.

J’adore ça. En ce moment, je fais remixer les titres de l’album par des DJ et je me régale. Il y a de la Deep House et dans ce cas, je pourrais donner 10 titres comme Air et pleins d’autres.

Le sujet de discussion ou on pourrait en discuter longtemps. (sourire)

(sourire) Oui, c’est ça. Il faut toujours écouter avec son cœur.

Quelle est la question que l’on ne t’a jamais posé en interview, et à laquelle tu aurais aimé répondre ?

Elle est cool cette question (rire puis elle réfléchit un peu). Récemment, en lisant des articles sur la sortie de mon album, j’ai beaucoup lu que j’avais publié deux albums. Ta question va me permettre de remettre les choses à leur place. Je n’ai jamais sorti deux albums, je ne sais pas d’où vient l’idée de ce second qui n’a jamais existé. J’en ai sorti un dans les années 2000 “Initial”, mais pas d’autres.

C’est incroyable cette histoire (rire) On t’invente même des disques.

Le pire, c’est que tu peux être journaliste et dire une connerie, tout le monde peut la répéter sans faire de recherche derrière. Il faut quand même se renseigner un minimum, toi, tu ne m’a pas parlé de deux albums, mais du seul et unique qui existe. Quelqu’un a sorti l’histoire de ce soi-disant second album, puis tout le monde l’a repris, j’ai lu ça partout et même son nom, j’ai aucune idée d’où c’est arrivé.

(rire) Mais ça arrive souvent en ce moment. En cherchant le buzz et la vitesse de l’info, on oublie un peu de chercher la vérité. Le pire, c’est que le buzz marche car il attire les lecteurs.

C’est dommage que les gens n’ont pas le recul et l’intelligence. Personnellement, si je lis une information publiée et qui est fausse, je ne relis plus le magazine car je ne peux plus le croire. C’est de la manipulation et tout le monde relaye des fausses informations. Aujourd’hui, on peut se prendre pour un journaliste, sans diplôme, et balancer diverses choses sur des blogs. Je trouve ça hallucinant car c’est un manque de respect pour les lecteurs.

Le pire est cette concurrence à vouloir être le premier et le meilleur, mais avec du faux… Nouvelle question, c’est la première fois que je la fais, c’est la question hors-sujet, j’ai vu que tu faisais de la boxe, c’est assez surprenant vu ta nature calme, peux-tu m’en dire plus à ce sujet?

Au contraire, ça n’a rien à voir avec un caractère car ça apporte une sérénité. Le fait d’aller se défouler, c’est important car, hier par exemple, j’ai vu une scène violente et quand on me dit “oui, tu fais de la boxe” et je réponds souvent que si je souhaite me défouler, je vais sur un ring et je n’agresse pas les gens en étant violente puisque je tape pas une personne pour de vrai mais dans un punching ball. Mon papa était champion amateur de boxe anglaise. J’ai grandi dans ce milieu. Il a arrêté quand il a eu son troisième enfant. Enfant, on était obligé de choisir une activité sportive car c’était dans son éducation. Les garçons ont fait du foot et il m’a imposé la boxe car quand on est une femme, on a une double responsabilité de savoir se défendre. Un homme risque d’être blessé mais une femme risque plus que les bleus du corps, donc il m’a mis là-dedans et je suis tombée amoureuse car aujourd’hui, je me partage entre la boxe et le yoga qui sont deux choses différentes. J’adore la boxe et je peux suivre des compétitions à la télé ou en allant voir des combats.

Qu’est ce que je peux te souhaiter pour la suite de ta carrière ?

Que mon album touche les gens comme j’aimerais qu’ils soit touchés, qu’ils comprennent que je l’ai fait avec le cœur.

Un message pour les gens qui te suivent?

Je suis 1,60 m de gratitude et de bonheur et que j’espère que c’est le début d’une longue histoire.

Merci à Sonia Lacen pour sa grande sympathie et simplicité. Merci à l’Agence Rise Up et à Emilie Changivy.

Retrouvez le récent clip de Sonia Lacen “Je serai là”, premier extrait de “Vol SL01” qui paraîtra cet été.

Cet article a été rédigé la première fois ici : http://www.actuanews.fr/music-shaker/Rencontre-avec-Sonia-Lacen_a2323.html

Facebook 0 Linkedin 0 Mail